Parce que aimer est important

Des réponses à vos questions. 

 

 

 

 

 

 

On pense souvent que l’Eglise n’a pas de parole positive sur la sexualité. Pourtant, c’est elle qui, à travers la place qu’elle donne à l’amour entre un homme et une femme, lui donne toute sa signification.

Découvrir l’autre

La sexualité n’existe pas en nous comme un domaine à part. elle s’inscrit tout naturellement au plus profond de notre être, dans l’intimité même de notre chair. Elle nous constitue. Nous sommes hommes ou femme, avec un corps, des émotions propres, des désirs et des sentiments à travers lesquels elle s’exprime. La différence des sexes est la plus radicale qui puisse exister entre êtres humains. Nous sommes tout entier homme ou femme.

Et pourtant nous sommes aussi des êtres humains. Aller à la découverte de cette autre moitié de l’humanité est l’une des grandes aventures de notre vie. Et elle peut se faire à travers l’amour d’une personne unique.

Mais de même qu’il faut de la délicatesse et de la patience pour accueillir l’étranger, il faut aussi toute notre attention pour découvrir cette personne.

L’acte sexuel proprement dit n’est qu’un moment – certes important mais pas unique – de cette aventure.

 

De chair et de parole

Si notre sexualité imprègne notre vie, elle s’exprime en premier lieu par notre corps et les désirs qu’elle y fait naître. Dès l’enfance, ces désirs sont perçus. A l’adolescence, ils envahissent le champ de la conscience. Durant toute notre vie, ils peuplent notre imaginaire, alimentent nos fantasmes. Des expériences décevantes sont souvent l’occasion de se rendre compte que, laissée à elle-même, notre sexualité est pauvre, fragile, infirme, incapable de procurer le bonheur pour lequel nous sommes faits.

Nous avons besoin non seulement de la protéger mais aussi de l’humaniser, de lui donner un sens. Comment ? Par ce qu’il y a de plus spirituel en nous : notre parole. Parole échangée mais surtout parole donnée. En un mot, notre sexualité prend sa vraie place lorsqu’elle est vécue dans la parole donnée.

En nous donnant à l’autre, dans une relation amoureuse tendre et profonde, c’est notre plus grande intimité que nous donnons, c’est nous-mêmes tout entier. Cet engagement-là ne peut se faire à la sauvette ! Il a besoin de réciprocité, de temps. D’ailleurs, étrange accomplissement de nous-mêmes, cet engagement donne vie à la vie !

 

Revenir à l’Evangile !

L’Evangile nous permet-il de nous orienter sur ce chemin ? Jésus parle-t-il de sexualité ? Pas dans les termes d’aujourd’hui, bien sûr, mais bien plus qu’on ne le pense en général. Il y a ce passage fameux de la femme surprise en flagrant délit d’adultère et qui, grâce à Jésus, échappe de peu à la lapidation. Il y a aussi ce passage où Jésus met en garde contre les désirs cachés de notre cœur : « quiconque regarde une femme pour la désir a déjà commis dans son cœur d’adultère avec elle » (Matthieu 5,27). Enfin, dans aucun passage, Jésus, faisant sans doute allusion à son célibat, dit que certains renoncent aux rapports sexuels à cause du Royaume des Cieux (Matthieu 19,12). Qu’est-ce que cela veut dire ? D’abord que Jésus connait le cœur et le corps de l’homme, bien plus que nous ne le pensons. Ensuite qu’en matière de sexualité, c’est la fidélité, le respect de l’autre, une forme de pureté du regard et du comportement qui doivent nous guider. Même si, en définitive, Dieu seul est juge ! Mais il y a autre chose : Jésus n’est pas marié ! Il vit autrement sa sexualité, dans un rapport d’amour profond avec son Père. Et il nous dit que cette forme-là de renoncement peut être pour certains un chemin heureux vers Dieu.

 

Le chemin d’une conscience éclairée

La sexualité touche à ce qui nous est le plus personnel. Il est donc difficile de lui donner des normes. Bien sûr, il y a des interdits structurants, comme l’inceste, le viol, toutes sortes de violences, surtout envers les femmes et les enfants. Mais, en général, nous les connaissons bien car nous les avons intéfrés dès l’enfance, sans même nous en rendre compte. En réalité, si nous écoutons notre conscience, nous savons bien ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, ce qui va dans le sens d’une plus grande maturité, d’un amour plus fort et plus profond et ce qui risque de nous en éloigner. Les règles édictées par l’Eglise sont des cadres qui visent à l’épanouissement, au bonheur et à l’apprfondissement de cette union à l’autre, dans le mariage. Car c’est bien à cela qu’est appelé le chrétien, à travers sa sexualité : vivre une proximité de plus en plus profonde avec l’autre et par là même avec Dieu.

 

 

Découvrez nos autres sites

Celibat.org

Quel projet d’amour pour moi ?

Vivre.org

Servir la vie passionnément !

Mariage.org

Un projet de vie qui se construit à deux pour la vie !

Familles.org

À l’école de l’amour ! Joie, force et fragilité !

Sexualite.org

Un corps pour s’aimer et aimer !

Vocatio.org

L’audace d’une réponse !