Parce que aimer est important

Des réponses à vos questions. 

 

 

 

 

 

 

Je suis croyante et pratiquante. Mon mari est tiède dans la foi, à la limite de l'agnosticisme. Il conteste tout. Même un séjour en Terre Sainte ne l'a pas changé, alors que je l’espérais. J'en souffre, car il y a des choses que je ne peux pas partager avec lui : aller à l’église, aller en pèlerinage.... Peut-être est-ce trop personnel pour lui de parler de sa foi et de ses doutes...Il s’énerve des que je commence la discussion. Notre fils de 16 ans aussi est en train de perdre la foi. Que faire pour limiter les dégâts ?

Il semble que vous arriviez avec votre mari, au terme de plusieurs années de discussions et démarches de toutes sortes : “Même un séjour en Terre Sainte ne l'a pas changé !“.

J'imagine, sans en avoir la certitude que, lors de votre mariage, vous étiez déjà dans cette différence de foi. Vous avez pu rêver de changer cette situation. En aviez-vous discuté ensemble ?

Quel “accord“ avez-vous installé entre vous à propos de la foi ? Un simple respect de l'un et l'autre dans sa croyance ? Un accompagnement de votre mari dans vos engagements spirituels ?

Qu'aviez-vous décidé ensemble pour l'éducation religieuse de vos enfants ?

Il est certain que, pour un fils, s'il a l'impression que la pratique religieuse est un “truc de bonne femme“ et que son père n'y participe pas, voire peut-être même critique ou conteste, il n'est pas bien étonnant qu'il s'éloigne de l'Église…

Il semble que la situation entre vous soit tendue et que peut-être un intermédiaire, une tierce personne pourrait apporter un peu de souffle ou d'air dans vos positions. Par exemple en invitant chez vous, pour un repas, des amis (de confiance) engagés dans des œuvres ‘’concrètes’’ (aide aux enfants handicapés, aux SDF…) au nom de leur foi : parfois, certains (conjoints et enfants), peuvent sembler fuir parce qu’ils ressentent la foi comme une succession de rites et de discours (moralisateurs ?). Or Jésus a dit « si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres », ce qui constitue un appel pour nous tous à devenir plus crédibles, par un engagement qui touche les cœurs, car l’amour y est plus visible qu’à travers les mots…

Pour votre fils, une bonne solution serait surement qu'il puisse intégrer un groupe de jeunes de son âge, pratiquants, mais qu'il puisse les rejoindre pour autre chose que leur foi : du sport, un groupe d’aumônerie sympa, des scouts, une chorale, des marcheurs …

Pouvez-vous vous appuyer sur la famille, des grands-parents suffisamment aimés et proches, un parrain, une marraine, des amis ?

Une chose est sûre, il faut que vous vous fassiez aider, il ne faut pas vouloir tout gérer seule ; vous risquez d'énerver ceux qui vous entourent !!!

La prière pourra aussi vous aider : “Rien n'est impossible à Dieu“, mais on ne sait ni le jour ni l'heure… peut-être verrez-vous de petits pas qui permettront d'avancer tout doucement et de retrouver un peu d'espoir ?

 

Découvrez nos autres sites

Celibat.org

Quel projet d’amour pour moi ?

Vivre.org

Servir la vie passionnément !

Mariage.org

Un projet de vie qui se construit à deux pour la vie !

Familles.org

À l’école de l’amour ! Joie, force et fragilité !

Sexualite.org

Un corps pour s’aimer et aimer !

Vocatio.org

L’audace d’une réponse !